BIOGRAFIA

Beltrano Simao Carlitos Cabrao Wala

Mae : PUTA en Luanda

Pai : Cabrao

O Wala levou no cu (existem provas) quando era puto andava na escola em Luanda a pedir pau pelo cu.

Fotografia do Beltrano Simao Carlitos Cabrao Wala

Vestido a campiao de farda dos FAA

Welcome to Cabinda

Nos vamos fazer uma festa de recepcao para ti em 2007

Agora que e' grande e famoso (Matou o unico heroi de Angola o Dr. Savimbi) anda a levar no cu em Cabinda.

O Beltrano Simao Carlitos Cabrao Wala gosta de levar no cu, quando perguntamos porque esta em Cabinda disse porque o Cabinda tem o pau King Size.

A proposito eu fudi a mulher do Beltrano Simao Carlitos Wala, quer dizer que agora e Cabrao.

A gente vai-se ver em Cabinda, mas e' posivel que se estiveres vivo de levares nos cornos primeiro.


L’état Major Général des forces armées Angolaises menace le Congo en raison de l’état de guerre sur le territoire du Cabinda

Dans une déclaration faite hier le 31 août 2006 à la station radio de la voix de l’Amérique, le Général Nunda, Chef d’état major général adjoint des forces armées angolaises a proféré des menaces à peine voilées contre la République du Congo en l’accusant directement d’accorder des bases arrières aux combattants du Front de Libération de l’Enclave du Cabinda dont le Président et Chef historique est Monsieur Nzita Henriques Tiago.

Apparemment très en colère, le Général Nunda a fait savoir que des éléments armés du FLEC trouvent des refuges dans les parties frontalières entre le Congo et l’Enclave du Cabinda et que les forces armées angolaises n’hésiteront pas de les poursuivre dans leurs abris congolais.

L’officier supérieur angolais a tenu ces propos à partir de Cabinda où des Représentants du pouvoir angolais et le groupe de Monsieur Antonio Bento Bembe se trouvent depuis le 29 août 2006 dans le cadre de la mise en œuvre des Accords conclus entre le Gouvernement de Luanda et le « Forum Cabindais pour le Dialogue ».

Les autorités de Luanda ont, en outre, annoncé que très prochainement le Président José Eduado dos Santos enverra un émissaire à Brazzaville pour apporter un message clair et fort à son homologue congolais le Président Denis Sassou Nguesso dans lequel il demandera à ce dernier de ne plus permettre la libre circulation des éléments du FLEC au Congo.

Quel contraste du discours lorsqu’on peut se rappeler qu’il y a seulement quatre jours, le Chef d’état major général de l’armée de la République du Congo s’est rendu à Luanda dans le cadre des consultations périodiques qui existent entre les deux pays.

Au cours de cette même semaine, il a été annoncé, en grande pompe et surtout à Luanda et dans les médias lusophones, que dans le cadre d’un accord bilatéral, les forces armées angolaises iront former prochainement des commandos des forces armées congolaises

D’autre part, des sources averties ont fait savoir qu’il y aurait des contacts entre deux éminentes personnalités du FLEC en l’occurrence le Chef d’état major général du FLEC, le Commandant Estanislau Miguel Boma et le Commandant Rotula et les autorités angolaises pour les convaincre et les inciter d’abandonner le camp du Président Nzita Tiago et de rejoindre celui de Bento Bembe où des grades des généraux et une forte somme d’argent leur sont réservés. Contactés par des réseaux propres de Kimpwanza, les deux intéressés ont démentis catégoriquement d’avoir des contacts directs ou indirects avec les autorités de Luanda ni avec le groupe de Bento Bembe et qualifient ces informations de manipulation éhontée visant à déstabiliser le moral des combattants du FLEC dans le maquis à l’intérieur du Cabinda.

Le Commandant Estanislau Miguel Boma a également démenti les dires du général angolais Nunda selon lesquels les forces armées cabindaises utiliseraient le territoire du Congo Brazzaville comme base arrière.

Il faut aussi rappeler que la République du Congo a accueilli, depuis 1970, un nombre important des réfugiés cabindais reconnus comme tels par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

Ces réfugiés vivent ou survivent dans des camps situés dans la région du kouilou au Congo.

Pour éviter des incidents politiques, diplomatiques et même militaires entre le Congo et l’Angola, il serait adéquat que le Président Denis Sassou Nguesso qui est en outre Président en exercice de l’Union Africaine puisse utiliser toute sa sagesse et son pragmatisme politique dans la recherche d’une paix juste, crédible, effective et inclusive dans le conflit qui oppose le FLEC et le Gouvernement de la République d’Angola depuis 1975, à la suite de l’annexion du territoire du Cabinda par l’Angola.

Le territoire du Cabinda, ayant des frontières communes seulement avec les deux Congo et aucune avec l’Angola, peut constituer un sujet d’instabilité politique et de troubles militaires graves dans la sous région de l’Afrique Centrale d’autant plus que l’Angola y entretient et y maintient plus de quarante mille militaires surarmés dans cette contrée exiguë dont le nombre des autochtones ne dépasse pas le chiffre de 500.00 habitants.

Rédaction Kimpwanza


 

HOME